Actualités du marché de l’énergie – Juillet 2022 | Endesa

[ checkBrowser.version] [ checkBrowser.compatible]

[ checkBrowser.text.info]

[ checkBrowser.text.change] [ checkBrowser.text.browser].

[ literal.accesibilidad.IrAlContenido]

Endesa - électricité, gaz, personnes

Actualités du marché de l’énergie – Juillet 2022

Posté le 28 julliet 2022

Gaz : Tendance observée haussière

  • Les prix du gaz en Europe suivent une tendance haussière, avec des prix CAL+1 et CAL+2 records, soutenus par les inquiétudes concernant l'approvisionnement provenant de la Russie.

  • L'approvisionnement russe suscite des inquiétudes en raison des sanctions économiques entre la Russie et l'Occident. L'interruption de l'approvisionnement de Gazprom en raison de la défaillance d'une turbine qui n'a pas pu être livrée du Canada a entraîné une réduction des livraisons de gaz à l'Allemagne. Actuellement, le gaz russe circule à 20% de sa capacité après la maintenance annuelle de Nord Stream.

  • L'Union européenne (UE) prévoit un plan d'urgence pour réduire la demande d'énergie. Le plan propose un objectif volontaire de réduction de la demande de gaz de 15 % entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023. D'ici la fin du mois de septembre, les pays de l'UE devraient avoir mis à jour leurs plans nationaux d'urgence en y intégrant des mesures permettant d'atteindre l'objectif fixé.

  • L'Union européenne négocie des accords visant à diversifier les approvisionnements en gaz ; avec l'Azerbaïdjan, un accord a été conclu pour doubler les fournisseurs de gaz dans les années à venir, et l'Italie a augmenté de 40 % son approvisionnement en gaz en provenance d'Algérie.

  • Les gouvernements finlandais et allemand ont donné leur accord de principe pour sauver Uniper, qui a été affectée par la diminution des approvisionnements en gaz russe. L'accord prévoit que le gouvernement allemand dispose d'un droit de veto effectif sur les principales décisions de l'entreprise et qu'il injecte plus de 5 milliards d'euros dans la société.

> Tendance attendue haussière avec une forte volatilité

Electricité : Tendance observée haussière

  • La position de l'UE sur la crise énergétique européenne est la nécessité de s'adapter à la "nouvelle réalité de la prédominance des énergies renouvelables", étant donné qu'elles sont les plus rentables et les moins chères.

  • Le gouvernement français a annoncé l'acquisition de 100% d'EDF (l'Etat détenait auparavant 84% du groupe), afin d'accélérer la prise de décision dans un contexte de forte tension sur le marché français de l'électricité.

  • L'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la Slovaquie et la France ont annoncé une augmentation de la production d'électricité à partir du charbon pour assurer la sécurité énergétique. Les sanctions contre le charbon russe débutent en août.

  • La canicule a entraîné une baisse de la production nucléaire en raison de la température élevée de l'eau, qui sert à refroidir les centrales. Cependant, la production d'énergie solaire en Europe continue d'augmenter et contribue à compenser le manque d'énergie nucléaire.

> Tendance attendue haussière avec une forte volatilité

CO2 : Tendance observée stable

  • Les prix du CO2 ont oscillé autour de 85 €/t durant le mois de juin et le début juillet en cherchant une tendance.

  • Le marché ETS attend l’issue du trilogue entre la Commission, le Parlement et le Conseil Européen, commencé le 11 juillet et se prolongeant jusqu’en septembre 2022, qui donnera la nouvelle direction du marché. Les réformes du marché européen du carbone liées au Fit for 55 sont actuellement sur la table des discussions et les positions de la Commission et du Parlement divergent, en particulier concernant l’inclusion des secteurs du transport et du bâtiment. Le délai pour l’inclusion du transport maritime au système ETS et le rythme de réduction des quotas gratuits aux industries en lien avec l’application de la taxe carbone aux frontières sont des sujets qui font l’objet de désaccords entre le Conseil et le Parlement également.

  • La Taxonomie a été votée par le Parlement européen approuvant l’inclusion du gaz et du nucléaire dans la liste des projets pouvant être financés par les fonds européens.

  • Les gouvernements européens ont voté le 29/06 la sortie des carburants fossiles en 2035 au sein du Conseil européen. A partir de 2035, la vente des voitures et camionnettes neuves à moteur thermique sera donc interdite dans l’UE.

> Tendance attendue stable

Pétrole : Tendance observée baissière

  • Le prix du pétrole est resté sensible aux développements géopolitiques en cours en Europe de l’Est. Toutefois, le contexte plus tendu sur les marchés financiers et les indicateurs économiques indiquant de plus en plus un ralentissement économique aux États-Unis et en Europe ont orienté les estimations de la demande du pétrole à la baisse.

  • L'offre mondiale reste faible car les pays occidentaux continuent de sanctionner les exportations de pétrole brut russe, mais la Russie a augmenté ses exportations vers les marchés indiens et chinois.

  • La Chine a assoupli les restrictions de mobilité dans certaines régions après le strict confinement provoqué par la pandémie. Toutefois, l'impact sur la demande de pétrole est limité et l'activité économique reste très faible par rapport aux niveaux pré-covid.

  • Les membres de l'OPEP n'ont pas puisé autant qu'ils étaient autorisés depuis mai 2021, ce qui traduit une incapacité à augmenter la production conformément aux objectifs de hausse. La plupart d'entre eux puisent déjà autant qu'ils le peuvent.

> Tendance attendue haussière

Economie

  • L’Union Européenne se prépare à approuver le 7ème paquet de sanctions contre la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine. Ce paquet vise à interdire les importations d’or russe et combler les failles des sanctions actuelles.

  • Les banques centrales du monde entier tentent de contrôler l'inflation en augmentant les taux d'intérêt, mais la Réserve fédérale agit plus rapidement et plus agressivement que la plupart des autres banques centrales, ce qui a entraîné une forte hausse de la valeur du dollar américain.

  • La BCE a annoncé l’augmentation des taux d’intérêt directeur de 50 points de base, une action plus agressive que celle qu'elle avait communiquée au marché. L'inflation élevée (8,6%) et le « resserrement monétaire » dans d'autres pays ont obligé la BCE à adopter cette position.

  • Boris Johnson (Premier ministre britannique) et Mario Draghi (Premier ministre italien) ont démissionné, ajoutant de l'instabilité à l'environnement géopolitique et économique européen.

L’avis d’Endesa :

Malgré la reprise de l'envoi de gaz par Nord Stream, le marché reste préoccupé par la possibilité d'un nouvel arrêt de ce flux. C'est pourquoi l'Europe se prépare à l’éventualité d’un tel scénario.

Les objectifs du plan RePowerEu continuent de guider les efforts de l'Europe pour trouver de nouvelles sources d'approvisionnement. Plusieurs accords ont été conclus avec l'Algérie, l'Azerbaïdjan et le Qatar. L'Allemagne a annoncé l'inauguration de 5 terminaux de GNL dans les années à venir.

L’évolution des prix dépendra de l’offre russe et de l’arrivée de GNL qui a augmenté depuis l’incident de Freeport au Texas.

La couverture partielle sur plusieurs périodes consécutives diminue l’exposition à des prix élevés sur le court terme avec des prix plus bas à moyen et long terme.